logo tipeee

Tipeee & moi

Comme vous le savez de l’article précédent « Début de l’autopublication », j’ai ouvert une page Tipeee, (bon, vous me direz, ça se voit partout sur le blog aussi, pompompom) et pour rendre la chose encore plus évidente officielle, je vous proposer de vous livrer ici la présentation !

Les débuts de l’autopublication

Comme vous le savez déjà peut-être, l’année dernière j’ai récupéré mes droits papiers comme numériques pour la Louve de Brocéliande et ma recherche d’un éditeur pour ce manuscrit continue.
Cependant, ces déboires m’ont fait réaliser qu’il était temps d’évoluer et de passer d’auteure à auteure hybride (3e évolution littémon, kuhkuh). Et depuis une petite semaine, j’ai préparé les moyens de mes prétentions dans le secteur de *roulement de tambours* L’AUTOÉDITION.

Folklore (PS3)

Eh bien, c’est très simple. J’ai été très inspirée par l’ambiance étrange, mystérieuse, oppressante de Folklore, à la fois lorsque l’on se trouve dans les différents mondes du Netherworld (le monde des fées) et aussi lorsque l’on parcourt le village de Doolin. À Doolin, l’ambiance est très mélancolique, le village est tout petit, mais tout le monde y a enterré ses petits secrets et y porte ses deuils. La mort n’est jamais loin et les cauchemars non plus. On s’y sent presque coupé du monde. Dans le Netherworld, le même endroit peut être aussi merveilleux à admirer (merci la PS3 et sa HD) que terrifiant ou inquiétant à parcourir (C’est un jeu d’action/aventure, les combats sont très rythmés et parfois très tendus). Les thèmes de la mort et du deuil sont omniprésents. C’est ce qui m’a toujours énormément plu dans ce jeu. Les Faerys ne sont pas des mascottes toutes mignonnes à prendre à la légère, mais des êtres puissants et capricieux. Pour les obtenir comme alliés, il faut être motivé et bien malin.

Les Fées de Brocéliande

Je ne vous ferai pas l’affront de vous présenter Brocéliande, la forêt mythique sur laquelle je veille et… dirait-on, où je végète… Brocéliande en Bretagne continentale, cette belle Armorique, est le Berceau des Belles Dames, les fées et où les chevaliers d’Arthur ont été mis à l’épreuve.
Mais je ne vais pas m’égarer au sujet des garçons… Je vais vous entretenir de leurs initiatrices, les Demoiselles, en cette saison pluvieuse… Sachez que malgré leurs différends, il est en réalité délicat de, justement, les différencier. Avec elles, gardez à l’esprit qu’il vous faut vous méfier des apparences… Il y a du bon et du mauvais en toutes choses.